FAQ 2 – Les questions sur les écrits de l’ENM

Pour obtenir une réponse aux questions relatives aux épreuves orales du concours de l’ENM, cela se passe ici !

Salut à toutes et à tous !

Cet article a vocation à regrouper les petites ou grandes questions pratiques qu’un(e) candidat(e) peut légitimement se poser à l’approche des écrits. Je me fonde sur les questions qui me sont le plus posées par mail et par commentaire, et j’essaierai d’enrichir régulièrement l’article avec les nouvelles questions qui me sont posées.

Vous avez une question de ce genre et la réponse ne se trouve pas dans l’article ? Faites-le moi savoir et je tâcherai d’y répondre au plus vite et au mieux ! Par ailleurs, le site de l’École nationale de la magistrature comporte de nombreuses informations sur le concours d’entrée : comme vous le savez, « il vaut mieux s’adresser au Bon Dieu qu’à ses saints... ». Tout particulièrement le fameux rapport du jury, publié chaque année et riche d’informations instructives.

Des questions pratico-pratiques ont déjà été abordées dans cet article consacré au déroulement des écrits : jetez-y un œil si ce n’est pas encore fait !

Dans cet article, je tente de répondre aux questions sur :

– Les documents autorisés le jour des épreuves écrites
– Le choix des sujets du concours de l’ENM
– La correction des copies
– et bien d’autres choses encore…

giphy-1


Le dossier d’inscription au concours de l’ENM

A qui et quand envoyer le dossier d’inscription ?

Aussi étrange que cela puisse paraître, jusqu’à il y a peu, les inscriptions s’effectuaient auprès du procureur de la République de votre lieu de résidence. Vous devez être en train de vous dire la même chose que moi : oui, pour ceux et celles qui passaient le concours à Paris, vous ne rêvez pas, c’est bien à François Molins qu’il fallait envoyer votre inscription. Nul doute qu’il les lisait avec grande attention. Mais les inscriptions se font désormais de manière dématéralisée, et les explications se trouvent sur le site de l’ENM ! (merci à Laroche pour cette précision).

Quand reçoit-on les convocations au concours ?

Par la Poste as usual : aucune inquiétude à avoir là-dessus, on finit toujours par les recevoir. Si vous changez d’appart’ ou que n’avez pas d’adresse fixe, donnez l’adresse de vos parents ou de quelqu’un chez qui vous pouvez récupérer votre courrier avec certitude, c’est plus sûr. La présentation du document à l’intérieur sera exigé pour toutes les épreuves. Tout ce qui compte, c’est que votre nom figure dans le décret autorisant les candidats à concourir ; la convocation arrive même parfois quelques temps après…


La correction du concours de l’ENM

Combien y a-t-il de correcteurs ?

Plusieurs dizaines, réparti(e)s dans toute la France. Depuis 2017, le concours est corrigé de manière dématérialisée, grâce au fameux logiciel « Viatique » : les copies sont numérisées (ce qui évite déjà tout risque de perte), et les valeureux correcteurs corrigent de manière informatisée, grâce à un logiciel qui permet d’annoter virtuellement la copie, et même d’échanger avec son binôme correcteur. Cette modernisation a sans aucun doute permis aux correcteurs de travailler avec plus de sérénité et à l’école de rapatrier instantanément les copies jusqu’alors dispersées.

Qui sont les correcteurs ?

La liste des correcteurs est fixée chaque année par décret, et il est fréquent de retrouver les mêmes noms d’année en année. On y trouve, pêle-mêle, des magistrat(e)s et des professeurs de droit. Chaque copie bénéficie d’une double correction, facilitée elle aussi par la transmission informatique et les échanges possibles entre correcteurs via un service de « chat » (je rêvais de l’employer, celui-là, et je vous ai fait grâce du « t »). C’est la garantie d’une correction la plus pointue et la plus homogène possible.

Les copies sont-elles corrigées plus sévèrement en fonction du lieu de composition ?

Il s’agit d’une rumeur que j’ai assez souvent entendue, qui était déjà fausse avant mais devient même totalement irréaliste depuis la dématérialisation de la correction. Certain(e)s pensent qu’il vaut mieux aller dans de « petites villes » pour être mélangé avec un niveau de candidat(e)s plus faible – statistiquement… Même avant la numérisation, les copies étaient triées à l’école et redistribuées ensuite. Aujourd’hui, avec l’usage du logiciel Viatique, n’importe quel correcteur corrige des copies de n’importe où. Inutile donc d’aller passer le concours à Nouméa, à Béziers ou à Guingamp à en espérant être mieux noté(e).

Comment récupérer mes copies et mon relevé de notes après les écrits ?

Là encore, la dématérialisation a tout changé, comme me l’a fait gentiment remarquer Laroche (que je remercie) dans un commentaire. Le relevé de notes arrivait tout seul par la Poste début janvier, et ceux qui souhaitaient obtenir leurs copies devaient débourser le prix d’une enveloppe affranchie à 4,80 euros et en faire la demande à l’école. Il semble que les copies soient désormais disponibles online à l’issue du concours !


17 réflexions sur “FAQ 2 – Les questions sur les écrits de l’ENM

  1. Bonjour FEWL!
    Petites précisions :
    – les inscriptions se font par voie entièrement électronique dorénavant. Plus de courrier adressé au PR.
    – nos copies sont disponibles en ligne également (pour les non-admissibles et non-admis du moins)

    Merci pour ton travail toujours agréable à lire

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Babe! Non, ce n’est absolument pas un mythe, et je t’invite à aller lire les rapports du jury du concours pour le vérifier! Des binômes sont formés et ils corrigeront chacun les mêmes copies par voie dématérialisée, avec le logiciel Viatique, qui permet aussi d’échanger sur le contenu des copies.

      Bonne préparation à toi!

      J'aime

    1. Bonjour With! A ce sujet, le jury exprime d’année en année son rejet pour les plans « préfabriqués » des prépas privées et assure qu’il n’attend pas de méthodologie particulière dans les trois dissertations. Il n’empêche que 99% des candidats rédigeront un devoir en deux parties-deux sous-parties, dans le plus pur standard de la fac de droit. En somme, accepté, oui ; sanctionné, pas nécessairement, mais c’est une prise de risque car le correcteur sera un peu déstabilisé. Si le devoir est bon, et surtout que les trois parties se justifient, c’est parfait, mais si ce n’est pas le cas et que, par exemple, le II et le III se marchent dessus ou n’ont pas de réelle indépendance, cela peut porter préjudice au candidat. Si je devais donner un conseil : lors du concours, le stress est généralement assez suffisant pour tenter de s’embarquer dans des copies au plan complexe et souvent difficile à mener à terme ; mieux vaut viser la « solide médiocrité » et récolter entre 10 et 13 que tenter l’impossible et ramasser 5… Bon courage à toi pour la suite de ta préparation!

      J'aime

      1. Bonjour,
        Merci pour ta réponse…
        C est très gentil de prendre un peu de ton temps pour répondre à ces questions qui peuvent empêcher le candidat de dormir😉

        Aimé par 1 personne

  2. Bonjour, tout d’abord merci pour ce blog qui est une mine d’or d’informations rassurantes et une source de motivation. J’aurai aimé savoir comment organiser efficacement son planning de révisions tout au long de l’année. Réviser matière par matière ? Plusieurs matières en même temps ? Merci d’avance pour votre réponse.

    J'aime

    1. Bonjour Dubois! Je prépare depuis longtemps un article sur la question, et je ne désespère pas de pouvoir le publier un jour! Pour t’en résumer brièvement la substance, je pense qu’il faut mener de front tous les combats à la fois : réviser une semaine le droit civil, puis une semaine le droit pénal n’a aucun sens selon moi. Pour ne jamais laisser retomber le soufflé, et aussi parce que je m’ennuie après quelques heures sur une matière, je travaillais au minimum deux matières par jour, si ce n’est trois. Pour les révisions à long terme, tout dépend si tu suis une prépa ou pas, mais il faut alterner entre les révisions « pures » (sur manuel ou polycopiés) qui dominent les premiers mois, puis le travail sur des corrigés et la méthodologie, dominant à partir de mars-avril. En espérant t’avoir éclairé.e un peu, bon courage à toi pour la suite de tes révisions!

      J'aime

  3. Bonjour,

    je me permets de vous contacter pour vous demander un conseil concernant les dissertations.

    Je suis en pleine préparation du concours. Lors des entraînements, je rencontre systématiquement le même problème : je n’arrive pas finir les dissertations en cinq heures… Je ne sais pas à quoi cela est dû…

    Si vous avez des petites astuces pour y parvenir, je suis preneuse 😉

    J’en profite pour vous féliciter pour ce blog très intéressant.

    Cordialement,

    J'aime

    1. Bonjour Mathilde et merci à vous de votre fidélité ! Beaucoup de candidat.e.s rencontrent ce même problème, et il n’est absolument pas irrémédiable, bien au contraire : il se règle généralement tout seul au fil de l’année, à mesure que l’on dispose de davantage de connaissances, de méthodologie et aussi de capacité à écrire vite. Quelques petits conseils néanmoins pour vous aider à progresser sur ce point : bien limiter son temps au brouillon, pour éviter de se retrouver avec trop peu de temps pour écrire ensuite. En CCMC et en droit civil, on peut aller jusqu’à 2h30/2h30, mais pas au-delà, et en pénal il faut essayer de disposer d’au moins trois heures de rédaction. Au fur et à mesure de la rédaction, si jamais le temps se fait manquant, il faudra « sabrer » quelques arguments moins importants et réduire le propos pour parvenir à boucler la copie. Il faut aussi veiller à réaliser une petite conclusion en fin de devoir, quitte à réduire le IIB, pour donner l’impression que la copie est finie.

      Enfin, continuer à lire est essentiel pour améliorer ses capacités rédactionnelles et ainsi trouver plus facilement son vocabulaire et les mots justes. De manière naturelle, les mots « viendront » plus facilement et la question du temps ne sera plus un problème. Dans tous les cas, il ne faut surtout pas se persuader qu’a un « problème de gestion du temps » et qu’il finisse par devenir envahissant : beaucoup y sont confrontés et cela finit par se régler. Bon courage à vous pour la suite de votre préparation !

      J'aime

  4. Bonjour, vous conseiller de connaître sur le bout des fingers le sommaire du code civil mais évoquez vous 1 partie ( personne, famille, obligation) ou l’intégralité ? Car l’intégralité, c’est long…

    Merci à vous !

    J'aime

    1. Bonjour Johnny Depp (quel honneur de parler au capitaine Jack Sparrow et au barbier de Fleet Street !). Quand je dis « sur le bout des fingers », ce n’est pas nécessairement par coeur à 100%, mais l’idée est de maîtriser l’architecture du code, comprendre sa logique et pouvoir retrouver très rapidement les informations dedans. Souvent, les titres des chapitres et des sections donnent une indication utile (ex. : Chapitre II – La formation du contrat ; section 4 – Les sanctions, puis la division entre nullité et caducité). Bien sûr, il faut connaître en priorité ce qui est au programme, donc pas les sûretés. Cela vient avec le temps, l’essentiel est de remettre le nez dedans fréquemment et que cet objet rouge (ou bleu !) deviennent votre meilleur ami ! Bonne préparation à vous !

      J'aime

  5. Bonjour,

    Tout d’abord merci pour tous vos articles qui m’ont beaucoup éclairé. Ensuite, je souhaiterai passer le concours de l’ENM pour la première fois en 2022, et je me demandais s’il était possible de m’y préparer seule ? Et si oui où trouver tous les cours contenu dans le programme ? Est-ce que des manuels vont suffir ? Comment être certaine qu’ils sont suffisant ? Je suis un peu perdue, et cela m’angoisse, parce que c’est réellement un rêve.
    Et serait-il possible de vous joindre en privé pour d’autres questions s’il vous plaît.

    Merci d’avance pour votre réponse.

    J'aime

    1. Bonjour Margaux et merci à vous de suivre ce blog, qui sans ses lecteurs ne serait pas grand chose. 🙂 Se préparer seul.e au concours, c’est risqué mais néanmoins possible : plusieurs personnes le démontrent chaque année avec succès. Pour ma part, je le déconseille, mais si vous le souhaitez malgré tout, oui, vous pouvez trouver de bons moyens de vous préparer en ligne. Regardez mon article sur les ressources juridiques en ligne, et notamment l’Université juridique francophone (https://cours.unjf.fr/), qui offre de nombreux cours en accès libre et gratuit. Pour les manuels, idem, j’ai conseillé les plus efficaces dans des articles dédiés. Quant à savoir si cela sera suffisant, c’est justement là qu’une prépa se révèle utile : par des entrainements en temps réel et des corrections, vous pouvez évaluer votre niveau et chercher à progresser dans les domaines où vous avez le plus de lacunes. Vous pouvez me contacter par mail à l’adresse figurant sur le blog, même si je peine à trouver le temps pour répondre à tous les mails que je reçois 🙂 Bon courage à vous pour la suite de votre préparation !

      J'aime

Répondre à LAROCHE Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s