Culture générale ENM – Quels manuels utiliser ?

Salut à tous / toutes !

« Choisis-moi… Oui, moi… Je suis celui qu’il te faut et je vais t’emmener loin, très loin, grâce à mes 1400 pages de références historiques et mes résumés de Hobbes et Rousseau tirés de Wikipedia… ». Et voici comment l’honnête forçat(e), qui rêve du 15 en culture gé dans les rayons de la FNAC, se retrouve avec un beau manuel inutile, tout juste bon à caler une étagère branlante. Quand ce n’est pas Mamie qui le lui a offert à Noël en pensant bien faire…

Vous qui me lisez depuis maintenant plus de deux ans savez à quel point trouver le bon manuel pour réviser est une question essentielle. Déjà, il y a une petite somme à investir. Mais surtout, s’il faut s’escrimer des heures durant à la bibliothèque, autant le faire avec un sentiment d’utilité et d’efficacité, plutôt qu’en soupirant toutes les cinq minutes et en comptant les minutes jusqu’à la fin de la journée de travail.

Un problème global se pose en culture générale : quasiment aucune prépa ou IEJ (à ma connaissance) ne donne de polycopiés tout faits – et ça ne servirait pas à grand chose d’ailleurs. Le travail d’acquisition des connaissances nouvelles, en plus de la nécessaire réactivation des savoirs enfouis dans votre mémoire, doit donc s’effectuer « en solo ». C’est là que ça peut facilement partir en cacahuète. Ajoutez un brin de procrastination, et les ingrédients sont réunis pour se lancer dans des tas de lectures inutiles dont on ne retira, au mieux, que quelques vagues exemples ou citations par-ci par-là.

Comme j’ai tenté de l’expliquer dans mon article « Culture générale – comment réviser ? », il est impossible et de surcroît inutile de « se construire une culture générale » en quelques mois. Le champ de la matière est tellement vaste qu’on pourrait passer des heures sur un micro-sujet, sans en retirer un grand bénéfice. J’ai moi aussi pas mal navigué dans des manuels trop généraux, et je me suis parfois dit « Bon, allez, cette après-midi je vais bosser le chapitre sur l’État », sans rien pouvoir recaser dans le devoir suivant.

Pour résumer en quelques lignes l’article qui va suivre : le bon manuel de culture gé est celui qui vous apprend à disserter et manier les références, pas celui qui vous abreuve de connaissances indigestes. Comme toujours, je distinguerai les (en l’occurrence le seul) manuels très utiles, ceux qui peuvent être intéressants en complément, et ceux qu’il vaut mieux éviter d’acheter. Ces derniers ne sont pas nécessairement mauvais dans le fond ou mal documentés, mais simplement inappropriés pour les révisions du concours.


Très utile

– Hugo Coniez, Questions de culture générale, éd. Presses de Sciences Po, 526 pages.

http3a2f2fwww.decitre.fr2fmedia2fcatalog2fproduct2f92f72f82f22f22f72f52f02f9782275039060fsEn culture gé, un manuel se démarque totalement des autres, tant par son adéquation avec les attendus du concours que par sa facilité de prise en main et son érudition. Je pourrais en chanter les louanges en alexandrins avec ma lyre, nue avec juste une feuille de vigne. On pourrait aussi croire que je suis son/sa cousin(e) ou que je bosse dans sa maison d’édition, mais Hugo Coniez (énarque, normalien, agrégé d’histoire et professeur de culture gé à Sciences Po) et son manuel méritent bien des louanges.

Ce bijou débute par un avant-propos fort à propos, qui mérite d’être lu, relu, imprimé, disséqué et ingurgité, tant il cerne les attendus des correcteurs du concours et distille l’état d’esprit que vous devrez avoir en rédigeant votre copie. Il prodigue également d’utiles conseils de forme, qui permettent de « polir » très rapidement vos devoirs.

Son principal atout est de proposer, à la différence des autres manuels sur le marché, vingt-et-unes dissertations intégralement rédigées, de l’introduction à la conclusion. S’il ne s’agit bien sûr pas de prétendre à un tel niveau de réflexion le jour du concours, les copies proposées par l’auteur vous permettront de perfectionner votre méthodologie, en s’inspirant de son style alerte et percutant, tout en enrichissant votre culture générale par des arguments déjà articulés, prémâchés – et de grande qualité. Le sport, les animaux, l’argent, la démocratie… Tout ce qui susceptible de tomber le jour du concours est abordé de près ou de loin, et je ne compte pas le nombre de fois où j’ai régurgité quasiment à la virgule près un passage de ce fabuleux manuel.

Je le confesse, il m’arrive de temps à autre de relire quelques dissertations juste pour le plaisir et le souvenir de mon année de prépa. On se prend rapidement au jeu : on ajoute ses propres exemples au traitement du sujet, on infléchit certains aspects de la pensée de l’auteur… Il a provoqué en moi ce fameux « déclic » tant attendu, qui permet de passer de la copie honnête au devoir complet et bien articulé permettant de prétendre aux plus belles notes. Bref, je ne peux pas être plus clair(e) : ce manuel est l’alpha et l’oméga de la préparation en culture générale.


Pourquoi pas

Le manuel d’Hugo Coniez suffit amplement à inculquer la méthodologie de l’épreuve, à améliorer votre style et votre expression écrite, et remplir votre besace de références. Inutile en soi de « doubler » vos révisions avec d’autres manuels, mais si vous y tenez vraiment ou si vous avez déjà bien assimilé les QCG (ça fait un peu nom de vaccin…), voici les ouvrages avec lesquels vous pourrez encore développer vos banques d’exemples et de citations.

– Eric Cobast, Petites leçons de culture générale, éd. Presses universitaires de France.

http3a2f2fi.imgur_.com2fkvlqt6eLes manuels d’Eric Cobast sont généralement appréciés des forçat(e)s de la prépa, et ce à juste titre, bien qu’ils n’arrivent pas au mollet du Coniez. Parce qu’il est bref et transportable partout, on peut y plonger son nez de temps à autre (dans les transports par exemple…) pour y glaner quelques exemples à ajouter dans sa banque. Il s’approche de la construction du manuel de Coniez en cherchant à dévoiler l’anatomie d’une bonne dissertation et les sujets choisis sont originaux (« La machine est-elle le pire ennemi de l’homme ? »). L’ouvrage comporte de petits paragraphes sur des définitions et sur des œuvres en particulier, en évitant l’écueil des manuels que je présenterai en dernière partie. Et lire des arguments et des références similaires sous la plume d’un autre auteur permet de solidifier vos connaissances et ne fait jamais de mal !

– Collectif, Culture générale – Thèmes de société et Politiques publiques, éd. La documentation française

http3a2f2fwww.ladocumentationfrancaise.fr2fvar2fezflow_site2fstorage2fimages2fdocfr72fouvrages2f9782111452930-culture-generale-themes-de-societe2f24325245-9-fre-fr2fculture-generale-themLa dernière sous-partie d’une copie de culture générale comporte généralement des « perspectives de résolution » du/des problème(s) évoqué(s) dans le devoir. Ces manuels au format A4, à la présentation très claire et à la prise en main facile, pourront affiner votre connaissance de l’action administrative et des politiques publiques, afin de rajouter de vrais morceaux de société contemporaine au milieu de vos références.

Quant à cet ouvrage collectif de six auteurs, intitulé « Culture générale – Thèmes de société », il permet de mettre rapidement à jour ses connaissances de l’actualité, mais va moins loin que le Coniez et reste un peu léger sur les aspects intéressant directement l’activité judiciaire. En revanche, dans la même collection, aussi intéressant soit-il en soi, « Éléments de culture générale » d’Emmanuelle Huisman-Perrin et Thierry Leterre ne vous sera pas d’une grande utilité en vue de la rédaction d’une dissertation, à l’image des manuels que je vais vous présenter maintenant.


A éviter

Je me répète, mais Hugo Coniez a vraiment changé la donne en proposant un manuel parfaitement en adéquation avec les attendus du concours, qui combine acquisition des connaissances et de la méthodologie.

La quasi-totalité des manuels de culture générale vendus dans le commerce et présentés comme tels présentent un énorme défaut : ils sont organisés par thèmes et demandent ainsi un travail gigantesque pour une acquisition de connaissances minime. Ils vous enseignent la culture gé comme une langue morte, en fait, avec une succession de chapitres (du genre « L’homme », « L’État », « La démocratie »…), ce qui pourrait à la rigueur convenir pour une épreuve de QCM ou une après-midi à jouer à Questions pour un champion online, mais en aucun cas pour une dissertation où le style et la méthode sont primordiaux.

L’exemple même du manuel totalement inutile est Un kilo de culture générale. On voit déjà au titre que les auteurs ont voulu faire les comiques. Le contenu est à l’avenant : de longs développements quasiment exclusivement historiques et chronologiques (du genre « Histoire de l’Espagne médiévale »…), alors qu’il faut justement apprendre de manière transversale et trouver des références composites. Les probabilités que vous puissiez réutiliser la musique classique viennoise du XVIIIème ou la politique étrangère américaine sous Franklin D. Roosevelt est très faible.

Si on vous l’a offert à Noël, tirez-en dix euros sur le Bon coin : essayez de le vendre à un(e) concurrent(e) au concours, en lui disant d’insister sur les batailles napoléoniennes et la poterie byzantine, tant qu’à faire ! Et figurez-vous que devant le succès rencontré par cet « ouvrage », les mêmes auteurs ont récidivé avec « Culturissime, le grand récit ». C’est encore pire : les notions sont présentées sous la forme d’un abécédaire, même si les sujets traités sont intéressants en soi. « A comme Aspasie », « D comme démocratie »… I comme inutile.

Même écueil pour « Culture générale : mon livre de référence », chez Vuibert, qui passe en revue Préhistoire, Antiquité, Moyen-Âge… à la manière d’un manuel d’histoire de 4ème. Les manuels aux couvertures oranges et violettes, du genre « L’essentiel de la culture générale » ou « La culture générale de A à Z », c’est à bannir absolument. Ils sont plus appropriés pour les épreuves de QCM, et encore… Vous avez besoin de lire des exemples et des arguments développés et organisés, bref de lire de la culture générale !

Éléments de culture générale d’Alexis Chabot est un ouvrage fourni et volumineux avec lequel j’avais commencé à bosser, mais il reprend malheureusement cette organisation stérile (« L’homme », « l’État »), et ne fournit pas assez d’exemples et d’idées directement réutilisables.

J’en ai vu lire en bibliothèque le Lagarde et Michard ou d’autres anthologies (celle de Georges Pompidou, par exemple) dans l’espoir de consolider leur culture littéraire. S’il est totalement inutile d’en faire une lecture in extenso, en revanche, aller y piquer des citations que vous appréciez et qui pourront être réutilisées dans plusieurs types de sujets est une excellente idée !

https3a2f2fwww.pourlesnuls.fr2fsites2fpourlesnuls.edinul-pw01.msp_.fr_.clara_.net2ffiles2f9782754032087

Il reste toujours une dernière option…


J’en rajoute une couche pour le plaisir : filez acheter ou emprunter ce trésor d’intelligence qu’est le Coniez, car en plus de fournir généreusement en références culturelles et littéraires de grande qualité, il vous enseignera la méthode de la dissertation et vous familiarisera avec les modes d’expression propres à satisfaire tout correcteur aigri. Tartinez-le, retournez-le dans tous les sens et faites-lui une place de choix sur votre table de nuit !

Une fois de plus, ce n’est que mon humble avis : le bon manuel est celui qui est le plus approprié à la préparation du concours et au format des épreuves, mais aussi qui vous convient le mieux (ergonomie, style, taille des caractères). Si je vous recommande chaudement sa lecture, ce n’est pas parce qu’un(e) candidat(e) ne suit pas mon conseil qu’il/elle court vers la tôle : il y a mille manières de parvenir au succès, notamment en culture gé !

Dans tous les cas, n’hésitez pas à conseiller les manuels de la dernière section à votre pire ennemi(e) et à garder le Coniez pour vous.

From ENM, with love


12 réflexions sur “Culture générale ENM – Quels manuels utiliser ?

  1. Bonjour cher(e) From ENM with love,

    J’aurais besoin d’un petit conseil… J’ai déjà fait l’acquisition du Coniez et j’ai pour ma part vraiment du mal à me mettre dedans. Surtout, je ne sais pas comment le travailler de manière efficace.
    Conseillerais-tu de le tartiner dans tous les sens en lisant et relisant plusieurs fois les dissertes ? Ou plutôt de lire une fois chaque disserte en notant sur fiches uniquement les références intéressantes ? Ou un mélange des deux ?

    Par ailleurs, j’ai beaucoup de mal à caser la culture G dans mes révisions. A part suivre l’actu tous les jours, j’ai du mal à « sacrifier » le droit pour une demie journée, afin de ne faire que de la culture G… Comment me conseillerais-tu d’organiser mes révisions en la matière..?

    Merci pour ce que tu nous apportes !
    Petite question curiosité : tu es dans la promo 2017 et auras donc bientôt terminé ta scolarité ou tu es déjà en poste ?

    Bien à toi,
    Laura

    J'aime

    1. Bonjour chère Laura!

      Pour ma part, j’en avais fait une lecture « active », c’est-à-dire avec l’ordinateur ouvert pour enrichir ma banque d’exemples et un crayon pour souligner les points forts de la démonstration. Déjà, l’avant-propos je le connaissais presque par coeur avec le temps! Et j’ai relu certaines dissertations une bonne dizaine de fois au moins, en prêtant surtout attention au plan pour voir comment l’auteur a articulé son raisonnement.

      Sur les révisions, j’ai assez peu révisé la culture gé, mais je réservais typiquement ça à une fin d’après-midi un peu difficile, une heure par-ci, une heure par-là… Ca vaut le coup d’en faire une après-midi de temps à autre, pas pour barboter dans un bouquin vaseux mais plutôt pour conieziser un peu ou relire des corrigés… A toi de voir en fonction de tes notes aussi, si tu es relativement à l’aise, inutile de perdre trop de temps avec elle! Enfin, oui, je suis dans la promotion 2017 et je termine prochainement ma scolarité, avec une prise de poste théorique en septembre 2019. Bonne culture gé à toi!

      J'aime

      1. Merci pour ta réponse, je vais tâcher d’appliquer ces conseils !!
        Ah d’accord, bientôt le grand saut pour toi alors. Bon courage !! As-tu un poste favori au vu de tes stages ?

        J'aime

  2. Bonjour, merci pour ton article très intéressant. Penses-tu qu’il soit utile de lire des revues qui ciblent des thèmes en particulier telles que Cahiers français ou Questions internationales (documentation francaise) ? je te remercie par avance

    J'aime

    1. Mmmm… Tout dépend du temps que tu comptes y consacrer et de l’étroitesse de la notion traitée. La revue de questions internationales me semble d’une faible utilité à priori, en revanche une revue assez généraliste sur des questions de société peut se révéler intéressante… Cela dit, il n’est bien sûr pas interdit de les lire pour le plaisir, hein! Mais je n’y passerais pas trop de temps personnellement. Bonnes révisions à toi ! (Je bats mon record all-time de temps de réponse, dis donc)

      J'aime

    1. Bonjour Anne!

      Le risque est assez faible de se retrouver avec les mêmes références : le Coniez en regorge et il y a vraiment peu de chances que les correcteurs du concours (sachant que les copies sont par ailleurs classées par ordre alphabétique national) tombent sur les mêmes exemples à chaque fois… D’autant que les forçat(e)s qui utilisent ce précieux manuel sont au final assez peu nombreux! Bonne préparation à toi!

      J'aime

  3. Bonjour, merci pour cet article passionnant. J’envisage de passer le concours en 2020 et je me demandais ce que je pouvais lire en attendant, et notamment si je devais profiter de cette avance pour me mettre à jour au niveau actualité ou d’ores et déjà commencer à travailler avec les manuels que vous conseillez pour la préparation du concours ? Merci d’avance

    J'aime

    1. Bonjour à toi Aur!

      Si tu comptes passer le concours en 2020, tu as encore largement le temps de voir venir, mais tu peux en effet te mettre doucement à l’ouvrage. L’actualité, cela n’aurait pas grand sens dans la mesure où elle est « évolutive », mais tu pourrais te mettre à feuilleter les manuels que j’ai conseillés et surtout développer ta curiosité, engloutir des films, des documentaires, et lire, lire, et lire encore! Ce sera la meilleure des préparations avant de se lancer dans la préparation vers le mois d’octobre! Bon courage à toi et bonne préparation!

      J'aime

  4. Bonjour, c’est encore moi lol.

    J’ai remarqué que la réforme du concours a ajouté dans l’épreuve de culture générale une exigence pour le candidat de développer une réflexion personnelle et de partager son opinion. Sais-tu ce que l’on pourrait lire (ou regarder) pour développer un regard critique sur des questions générales ?

    Merci d’avance

    J'aime

    1. (Re)bonjour Aur! Cette exigence a été formalisée, mais elle était bien sûr sous-entendue par le passé : il fallait déjà proposer un propos qui démontre une certaine prise de position, et non un propos purement descriptif. Je ne pense pas cependant que le jury veuille que les candidat(e)s partagent réellement leur opinion, mais qu’ils fassent preuve de plus d' »engagement » (pas au sens politique, bien sûr) dans leur copie. Il n’y a pas de lecture précise à effectuer pour progresser en cette matière, mais plutôt une attitude critique à adopter en lisant ou en regardant des œuvres, et une attention particulière à porter sur les corrections de copies, pour comprendre les points que l’on aurait pu creuser, là où on aurait pu aller plus loin et faire preuve de plus de sens critique. Mais c’est plus facile à dire qu’à faire! Avec de l’entrainement et un attachement à comprendre le sens de l’épreuve, on finit par y parvenir. Bonne préparation à toi!

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s